jeudi, 26 mai 2022

Badges numériques, avec ou sans standard? Les cas de Google, Adobe et Saleforces

L’un des avantages des badges numériques provient du fait qu’ils sont normés par le standard technologique « Open badges ». Ce dernier consiste en des spécifications techniques décrivant les modalités entourant l’attribution et la vérification des badges numériques. Le standard Open badges peut être vu comme une forme de canevas, une liste de critères techniques et de métadonnées à remplir afin de s’assurer qu’un badge ait une valeur vérifiable. Développé au départ par la Fondation Mozilla en 2011, ce standard est désormais géré par IMS Global. Ce consortium américain se spécialisant en technologies éducatives (edtechs) s’assure donc que le standard se développe dans le temps et que les fournisseurs (plateformes certifiées) l’utilisent convenablement.

Si vous êtes intéressé par les spécificités du standard nous vous invitons à consulter cette page ou à regarder cette courte vidéo de présentation.

Le standard Open badges est-il requis pour décerner des badges ? Non, cependant la valeur de ceux-ci et la confiance que portent les gens envers les certifications en question peuvent être amenuisées s’ils ne correspondent pas au standard. De plus, certains organismes comme Credly et Badgr n’hébergent que des badges répondant aux exigence du standard open badges. Certaines organisations en fonction de leur taille, leurs objectifs ou d’autres facteurs décident de ne pas se référer à cette norme. En voici quelques-unes :

Google Qwicklabs

Google a exploré le paysage des badges numériques standardisés. Cependant, l’entreprise n’a que très peu développé des certifications de cette façon. Sur la page Credly de l’entreprise, on peut constater que seulement deux formations sont offertes en mobilisant le standard open badges. Les deux formations touchent au domaine du support TI. Quelques formations touchant aux fonctionnalités de Google offertes par l’entreprise Coursera sont elles aussi certifiées par badges et sont conformes au standard open badges.

Cependant, Google offre aussi une variété de formations qui ne sont pas accréditées par des badges numériques répondant au standard open badges. Entre autres, les formations « Qwicklabs» qui abordent de multiples compétences connexes au domaine de l’infonuagique. Google donne le choix aux apprenants de suivre des cours individuels ou de suivre des parcours définis par titres professionnels.

quelques exemples de parcours offerts – source: Qwicklab – Google Cloud
Les différents types d’activités sont affichés en couleur. – source: Qwicklab, Getting Started with Google Cloud Learning Path – Google Cloud

Ces parcours comportent trois différents types d’activités:

Les labos (labs) consistent en des expériences d’apprentissage où l’apprenant doit compléter un cas basé sur un scénario en suivant un ensemble d’instructions dans un environnement concret et interactif. Les ateliers sont effectués dans un laps de temps établi à travers la console GCP (Google Cloud Platform).

Les quêtes (quests) sont une collection d’ateliers pratiques qui vous apprend à utiliser un produit ou un outil. Les quêtes varient en difficulté (introduction à avancé) et n’incluent pas de laboratoires. Finalement, les cours (courses) ressemblent à des formations en classe classiques. Ils consistent en une série de modules regroupés qui sont censés être suivis chronologiquement dans leurs entièretés. Les cours contiennent des vidéos, des lectures, des jeux-questionnaires ou des laboratoires.

La réussite de quêtes et de cours permet à l’apprenant d’obtenir des badges numériques qui ne sont pas conforment au standard open badges.

Adobe

Certaines entreprises proposent des programmes hybrides comme l’éditeur de logiciel graphique Adobe. La compagnie offre une multitude de badges numériques qui répondent aux exigences du standard open badges. Par exemple, leur collection «Adobe Certified Professional», un programme de formation développé par Certiport.

source: Adobe Certified Professional – Certiport

Pour obtenir ces badges, les apprenants doivent réussir un examen intégré au programme Adobe Creative Cloud. Ils ont accès à des leçons, des démonstrations, des forums, des vidéos et des exercices afin de se préparer à leurs évaluations.

Cependant, Adobe propose aussi des badges non standardisés. Plutôt que de certifier les compétences de leurs détenteurs, ces badges sont utilisés afin de motiver les utilisateurs à interagir avec les membres de la communauté sur la plateforme Adobe education exchange.

Les badges sont visibles sous l’onglet «activity badges» sur le profil des utilisateurs.- source: Dr. Tarek Bahaa El Deen – Adobe education echange

Adobe s’est appuyé sur une stratégie de ludification afin d’encourager leurs membres à participer aux discussions entourant les produits de la compagnie. Commencer des fils de discussion, interagir avec les commentaires sur la plateforme, contribuer à produire du matériel d’éducation ou réussir un cours permet d’obtenir ces badges qui peuvent ensuite être affichés sur un profil d’utilisateur.

Différentes actions permettent d’obtenir des points. source: how to earn points- Adobe education exchange
Les points sont cumulés dans un classement. source: leaderboard – Adobe education exchange

Cela consiste en un avantage pour l’entreprise qui peut ainsi s’assurer que leurs produits s’insèrent dans un écosystème ce qui leur apporte de la valeur. Adobe encourage les utilisateurs à interagir avec le forum et le contenu des formations, ou à créer des ressources d’aide sur la plateforme Adobe education exchange. Ainsi l’entreprise s’assure que leurs clients sont bien outillés pour utiliser leurs logiciels ce qui peut inciter de nouveaux utilisateurs potentiels à choisir leurs produits.

Un de nos articles sur l’utilisation des badges par Adobe

Salesforce, Trailhead

L’entreprise Salesforce se spécialisant dans l’édition et la distribution de logiciels de gestion, offre une plateforme de formation nommée Trailhead. Sur celle-ci, les apprenants peuvent choisir entre l’obtention de « superbadges » et/ou de certifications. Ces dernières sont obtenues lorsqu’un apprenant réussit un examen qui dénote de ses connaissances.

source: developer credentials – Trailhead

Les « superbadges » pour leur part, sont des badges ne répondant pas au standard open badges. Ils sont cependant une bonne façon pour l’apprenant d’afficher ses compétences. Les « superbadges » permettent d’effectuer des exercices de simulation qui peuvent être appliqués à des scénarios réels. De plus, ils peuvent servir d’outil afin de se préparer aux examens nécessaires à l’obtention des certifications officielles.

Pour obtenir des « superbadges », les apprenants doivent tout d’abord obtenir des badges. Ces derniers sont obtenus en effectuant un défi (challenge) sous forme d’exercices ou de questionnaires. Lorsque l’étudiant a amassé un nombre de badges prédéfini, il peut ensuite obtenir son « superbadge ». Par la suite, l’apprenant peut même obtenir des « super sets ». Ceux-ci correspondent à une collection de « superbadges ».

source: App Customization Specialist – Trailhead
Source: App Builder Super Set – Trailhead

Comme vous avez pu le constater, le standard Open badges n’est pas requis, mais il est important de noter qu’il est très utile. Il permet de s’assurer que l’écosystème de badges numériques soit cohérent et univoque au sein des partis les mobilisant. De plus, il permet de certifier l’authenticité de l’organisme émettant le badge. Enfin, le standard Open badges est requis si l’on veut que nos badges soit stockés sur des plateformes comme Credly. Bien sûr, cela est moins important pour des entreprises  d’envergure comme Google par exemple, qui est déjà reconnu mondialement.

Articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-nous

Derniers articles