samedi, 24 juillet 2021

Repenser la reconnaissance des acquis Post-COVID

En mars 2020, le confinement imposé par la crise sanitaire nous obligeait à demeurer cloîtrés dans nos maisons. De nombreuses écoles ont dû fermer l’accès à leurs campus et adapter l’enseignement afin que les cours puissent être dispensés à distance. Alors que la routine de plusieurs jeunes du primaire et du secondaire a été chamboulée par les mesures de confinement et les retours en classe, les étudiants universitaires, quant à eux, devaient continuer leurs études en ligne uniquement, et ce jusqu’à ce que la situation se rétablisse. Les bureaux et commerces se vidaient tandis que les entreprises se retrouvaient à prioriser le télétravail. Certains ont connu des pertes d’emplois ou des redirections de carrière, tandis que d’autres avaient de plus grandes périodes de temps libres grâce au télétravail. Tous ces éléments ont eu pour effet de favoriser une augmentation des inscriptions aux formations en ligne.

Image par Nastuh Abootalebi

Ces nombreuses adaptations ont donc impliqué des méthodes de travail différentes et le recours à des technologies nouvelles :

Pour les enseignants, l’adaptation aux communications virtuelles a exigé de revoir entièrement les modèles classiques d’éducation, de suivi des résultats et des apprentissages. Pour les gestionnaires d’entreprises, la situation représentait un défi important en matière de gestion des ressources humaines.

Cette situation que l’on présumait temporaire à ses débuts s’est finalement éternisée pendant plus d’une année complète, avant que la campagne vaccinale nous permette d’entamer le déconfinement avec prudence.

Où allons-nous maintenant ?

Même si les étudiants retournent en classe, les nouveaux outils technologiques appris et les aptitudes numériques développées au travers de la pandémie ne seront pas perdus et permettront de faciliter les apprentissages et l’accès à l’information. Surtout que de nombreux étudiants et enseignants auront constaté le côté pratique et flexible de l’enseignement à distance et pourraient trouver difficile le retour à la normale.

Quant aux gestionnaires et responsables des ressources humaines, qui vont faire face à de nouveaux besoins en personnel, ils seront confrontés à des gens ayant acquis de plus grandes compétences face aux outils technologiques, ou encore, à la nécessité de soutenir des formations à l’interne.

Afin d’assurer l’engagement, la motivation et le succès dans le monde du travail de demain, les badges numériques sont, selon moi, une solution numérique idéale pour enrichir autant le parcours scolaire des étudiants que le développement personnel des individus. Étant donné que les badges sont un modèle fiable, accessible, et adapté aux technologies actuelles ainsi qu’aux besoins de notre société, je crois qu’il s’agit là d’un moyen novateur de soutenir le recrutement, le développement professionnel et ainsi favoriser la rétention en entreprise. Notamment, dans un contexte où le télétravail et la formation à distance seront de plus en plus congruents avec nos modes de vie.

Le badge numérique a encore du chemin à faire pour devenir un pilier de la reconnaissance des acquis et compétences dans notre société, mais dans un avenir rapproché, il sera fort probablement de plus en plus utilisé par les entreprises et les institutions du monde entier, puisqu’il répond à un besoin tout à fait d’actualité.

Image en début d’article par Christine Hume

Je vous invite à laisser vos commentaires pour que nous puissions ouvrir la discussion sur le sujet.

Accueil » Points de vue » Repenser la reconnaissance des acquis Post-COVID

Articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-nous

Derniers articles